Occidere's Blog

Septentrion

Alors que l’étymologie de Nord nous amène «dans la direction du point cardinal opposé au sud», celle de Septentrion nous conduit vers le ciel !
En effet, Septentrion est formé du chiffre sept (septem chez les latins) et de triones, les « boeufs de labour ». Littéralement : les sept boeufs de labour, c’est à dire les sept étoiles de la Grande ou de la Petite Ourse.

Il n’est donc pas sûr que Nord et Septentrion désigne la même chose.

L’un désigne une direction.
Louis Thomas différenciait les grands Septentrions, les étoiles de la Grande Ourse, des petits Septentrions, les étoiles de la Petite Ourse.
L’étoile Polaire, le « clou du ciel », servit de guide aux voyageurs et aux navigateurs. Et le Septentrion désigna le Nord, le pôle du monde, où réside l’Ultima Thulé.

L’autre désigne le ciel.
« Si, dans notre hémisphère, I’hyperborée élyséen est posé être au Nord, au-dessus de nos têtes, c’est parce qu’il est placé à la limite de l’horizon, là où la Terre ronde et Ciel se rapprochent, à la limite du Ciel et de la Terre » (ref).
Et c’est peut-être dans ce sens qu’il faut entendre l’expression Ex Septentrione Lux, du Nord vient la lumière. Rappelons-nous des voyages d’Apollon vers l’Hyperborée. N’est-ce pas Euripide qui identifia Apollon avec le Dieu solaire Phœbus «le brillant».

Mais la frontière entre la Terre et le Ciel n’est pas toujours évidente.

C’est en effet vers le nord que Jason va chercher la Toison d’Or, non pas à l’Est, l’Ouest ou le Sud. Les Grecs étaient fascinés par les Hyperboréens, ces peuples mystérieux vivant dans le Grand Nord : « distance, froid, soleil de minuit, lieux inaccessibles, ailleurs et autrement par excellence … les peuples qui survivent dans cet univers ne peuvent être composés que de surhommes, invincibles, aux pouvoirs magiques » (Régis Boyer)
Et il existe bien une tradition d’un peuple de géants nordiques, peuple primordial, attesté par les esquimaux, dénommé Tunit (ou Tornit), et vivant de la Sibérie au Groëland (ref).

Pour Rudbeck, l’Atlantide Platonicien devait être déplacé vers le Nord. La lumière du Septentrion se situait ainsi en Suède.
Dans la Saga Ynglinga (ou « Orbe du monde ») de Snorri Sturluson il est dit : « Et de ce pays de l’éclairement, ils descendirent vers les terres d’en bas, les terres d’obscurité, pour y apporter la Lumière ».

Par défaut, c’est dans le Nord qu’on a bien voulu voir aussi bien des peuples que des lieux mythiques, un peu comme la mystérieuse île d’Avalon dont on ne sait si elle désigne un lieu géographique ou un au-delà surnaturel.

« Deux mondes! — l’un est dans l’espace,
Dans les ténèbres de l’azur,
Dans l’étendue où tout s’efface.
Radieux gouffre! abîme obscur!
Enfant, comme deux hirondelles,
Oh, si tous deux, âmes fidèles,
Nous pouvions fuir à tire-d’ailes,
Et plonger dans cette épaisseur
D’où la création découle,
Où flotte, vit, meurt, brille et roule
L’astre imperceptible à la foule,
Incommensurable au penseur;

Si nous pouvions franchir ces solitudes mornes;
Si nous pouvions passer les bleus septentrions,
Si nous pouvions atteindre au fond des cieux sans bornes
Jusqu’à ce qu’à la fin, éperdus, nous voyions,
Comme un navire en mer croît, monte et semble éclore,
Cette petite étoile, atome de phosphore,
Devenir par degrés un monstre de rayons;
»

Magnitudo parvi, Les Contemplations, Victor Hugo

Frederic_Edwin_Church_-_Aurora_Borealis_-_Google_Art_Project

Publicités

5 juillet 2009 - Posted by | mots | , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :