Occidere's Blog

Patrick Berche : Vers des armes biologiques de nouvelle génération

Vers des armes biologiques de nouvelle génération, Patrick Berche, paru dans Politique étrangère, Année 2005, Volume 70, Numéro 1, p. 137 – 146

Voir l’article en ligne sur persee.fr  –  Au format pdf, à télécharger, 1600Ko

L’auteur :

Patrick Berche (blog) est médecin, professeur de microbiologie, chef de service de Bactériologie-virologie à l’hôpital Necker-Enfants malades et doyen de la Faculté Necker-Enfants malades depuis 2000. Expert auprès de la Délégation générale pour l’armement (DGA), il est spécialiste des questions liées à la génétique bactérienne et au risque biologique.

Ses ouvrages :

  • L’histoire secrète des guerres biologiques (Robert Laffont, 15 février 2009)
  • Une histoire des microbes par Patrick Berche (John Libbey Eurotext, 21 juin 2007)
  • L’histoire des microbes : Dans l’intimité des vivants (Le Cherche midi, 30 juillet)
  • Mycobacterium tuberculosis et mycobactéries atypiques (avec François Denis, Christian Perronne, et Christophe Billy; Elsevier, 1 mars 2004)
  • Bactériologie (avec Jean-Louis Gaillard et Michel Simonet; Flammarion Médecine, 4 janvier 1994)
  • Traité de bactériologie médicale (31 mars 2004)

Résumé de l’article :

Les progrès des biotechnologies permettent d’« améliorer » la virulence et la résistance des germes, bactéries ou virus. On a réussi à synthétiser in vitro des petits virus à partir des données informatiques des génomes des agents pathogènes : la synthèse de virus plus dangereux devient possible. Des avancées biotechnologiques récentes permettent la création de germes nouveaux, qui confronteraient les populations à des agents pathogènes inédits. La prévention des attaques suppose une surveillance étroite des innovations biotechnologiques potentiellement dangereuses, et une réflexion sur la diffusion des données les plus sensibles.

Un extrait :

Le raffinement des outils moléculaires du vivant, la large diffusion des publications scientifiques et l’accès facile aux banques de données par Internet auront à moyen terme des retentissements sur les armes biologiques en les rendant plus dangereuses et plus imprévisibles. Il faut particulièrement redouter certains virus manipulés ou non, propagés par aérosols sur des populations très sensibles, notamment ceux de la variole, du SRAS et de la grippe.

Publicités

7 septembre 2009 - Posted by | lecture | , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :