Occidere's Blog

Le nouveau siècle américain : la guerre

Le PNAC (Project for the New American Century) a été fondé en 1997. Il s’agissait d’un think tanks [1]  américain dont l’objectif était de promouvoir la domination mondiale des Etats-Unis.

Le document présenté ici est issu du PNAC. Il a été écrit en sept. 2000. Son titre est « Reconstruire les défenses de l’Amérique – La stratégie, les forces armées et les ressources pour un siècle nouveau« . Format pdf, disponible sur ReOpen911, 92 pages, 1.7Mo.

Parmi les 25 signataires de ce document, il y avait : Jeb Bush , frère du Président George Walker Bush, Dick Cheney, 46e vice-président des États-Unis d’Amérique, Donald H . Rumsfeld, 21e secrétaire à la Défense des États-Unis …

Ame sensible s’abstenir. Ce document est une véritable déclaration de guerre … pour promouvoir la paix (ou comment maintenir la paix en déclarant la guerre).  Même s’il date un peu, il permet de comprendre le contexte géopolitique des années 2000 – c’était hier. Il pourrait être le frère jumeau de l’ouvrage de Zbigniew Brzezinski, « Le grand échiquier« , présenté sur le site La lettre volée.

Cet objectif (promouvoir la domination mondiale) est réalisé grâce aux 4 missions de base :

  • Défendre le territoire national américain
  • Conduire victorieusement plusieurs conflits majeurs sur des théâtres d’opérations simultanés,
  • Assurer les missions « de police » liées au modelage de l’environnement sécuritaire dans les régions critiques,
  • Adapter les forces armées des États-Unis pour tirer parti de la «révolution dans les questions militaires» .

Pour remplir ces missions, il faut que les Etats-Unis :

  • conservent la supériorité nucléaire stratégique, en appuyant la dissuasion sur une évaluation d’un réseau global et nucléaire qui prenne en compte tout l’éventail des menaces actuelles et émergentes et non le simple équilibre USA – Russie .
  • ramener les effectifs des forces actuelles approximativement au niveau prévu dans la « force de base » définie par l’administration bush, à savoir un accroissement de personnel en activité de 1,4 million à 1,6 million.
  • redéployer les forces des états-unis pour répondre aux réalités stratégiques du XXIe siècle en déployant des forces permanentes en Europe du Sud-Est et en Asie ainsi qu’en modifiant le schéma de déploiement naval pour cadrer avec les préoccupations stratégiques des États-Unis en Extrême-Orient
  • moderniser les forces armées actuelles de façon sélective, en exécutant le programme F-22 tout en augmentant les achats d’avions à électronique embarquée et autres types d’appareils, en augmentant la flotte des sous-marins et bâtiments de combat de surface, en achetant des hélicoptères Comanche et des véhicules de tonnage moyen pour l’armée de Terre ainsi que des avions V22-Osprey à rotor pivotant pour le Corps des Marines
  • annuler les programmes « barrages », comme le Joint Strike Fighter [avion de combat interarmées], le porte-avion CVX et le système d’arme Crusader qui absorbent un montant exorbitant des fonds du Pentagone tout en n’apportant que peu d’améliorations aux capacités actuelles . Les économies liées à la suppression de ces programmes pourraient servir à intensifier le processus de transformation des armées .
  • mettre au point et déployer des défenses antimissiles mondiales pour protéger le territoire national américain comme nos alliés et assurer une base sûre à la projection de la puissance des États-Unis autour du monde .
  • prendre le contrôle des nouveaux « espace et cyberespace communs », et ouvrir la route à la création d’une nouvelle armée – les forces spatiales des États-Unis – ayant pour mission de contrôler l’espace .
  • mettre à profit la « Révolution dans les affaires militaires » en vue d’assurer à long terme la supériorité des forces conventionnelles américaines . Mettre sur pied une transformation en deux temps qui maximise la validité des systèmes d’armes actuelles par l’emploi des techniques nouvelles, et entraîne de profondes améliorations des capacités militaires, pousse à l’émulation entre les armées elles-mêmes et les efforts d’expérimentations interarmées .
  • accroître le budget de la défense en le faisant passer progressivement de 3,5 à 3,8 % du PIB en augmentant chaque année de 15 à 20 milliards de dollars le budget global de la défense .

Quelques citations dans ce document :

Les Etats-Unis ne peuvent se contenter de déclarer une «pause stratégique» pendant qu’ils expérimentent de nouvelles techniques et de nouveaux concepts opérationnels. Ils ne peuvent pas non plus décider de poursuivre une stratégie d’adaptation qui dissocierait les intérêts de l’Amérique de ceux de ses alliés.

… il demeure nécessaire de conserver des troupes en Europe du Nord et en Europe Centrale. La région est stable, mais une présence américaine continue aide à assurer les principales puissances européennes, notamment l’Allemagne, de ce que les Etats-Unis restent concernés de façon durable par la sécurité du continent. Ceci est particulièrement important à la lueur d’un mouvement européen naissant vers une «identité» et une politique de défense indépendante. Il est essentiel que l’Otan ne soit pas remplacée par l’Union Européenne, ce qui laisserait les Etats-Unis sans voix au chapitre en matière de sécurité européenne.

Le rapport de la Commission nationale de Défense a reconnu : « L’utilisation sans réserve de l’espace est devenu d’intérêt stratégique primordial pour les États-Unis » […] à plus long terme, conserver la maîtrise de l’espace exigera l’usage de la force tant dans l’espace que depuis l’espace, comprenant des défenses anti-missile sans se limiter à cela, et des systèmes défensifs capables de protéger les satellites des États-Unis et de leurs alliés.

Le PNAC n’est pas une nouvelle donne de la stratégie américaine pour la domination mondiale, mais constitue un prolongement de sa politique étrangère. Pour l’historien William Blum,  « depuis la fin de la seconde guerre mondiale, les Etats-Unis ont :
1. Tenté de renverser plus de 50 gouvernements la plupart d’entr’eux démocratiquement élus.
2. Tenté de supprimer un mouvement populiste ou national dans 20 pays.
3. Interféré éhontement dans des élections démocratiques dans au moins 30 pays.
4. Bombardé les populations de plus de 30 pays.
5. Tenté d’assassiner plus de 50 leaders politiques étrangers.
Au total, les Etats-Unis ont commis une ou plus de ces actions dans 69 pays.[2]»

Notes :

[1] think tanks : institution regroupant des experts, se présentant comme un groupe de réflexions et d’influence.
[2] La guerre mondiale contre la démocratie (http://www.michelcollon.info/)

.

Illustrations :

.

Les interventions militaires des États-Unis dans le monde de 1989 à 2003 :

Les interventions militaires des États-Unis dans le monde de 1989 à 2003

La présence des forces armées américaines dans le monde en 2003 :

La présence des forces armées américaines dans le monde en 2003

Les dépenses militaires dans le monde en 2003 :

.

Voir aussi :

  • Guerre cybernétique et militarisation de l’espace (partie 1partie 2) – Jean-Claude Bessez publiés par Mondialisation.ca – déc. 2009
Publicités

16 décembre 2009 - Posted by | lecture | , , , ,

Un commentaire »

  1. […] 05/02/12 : Rétablissement des liens brisés – article Le nouveau siècle américain : la guerre […]

    Ping par Arrosage « Occidere's Blog | 5 février 2012 | Réponse


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :