Occidere's Blog

Laurence Coumes – Féminités vampiriques, un règne éternel

Extraits du chapitre – Féminités vampiriques, un règne éternel – de Laurence Coumes, dans le collectif «Vampire, portraits d’une ombre », éd. de l’Oxymore, 1999

.

La femme a toujours exercé sur l’homme la plus grande fascination. Elle est à la fois si semblable et si différente de l’homme, qu’elle représente pour lui le plus terrifiant des mystères.
.

.

Il existe entre le vampire et sa victime une « dialectique de l’échange ». [1] En prenant le sang de sa proie, la femme-vampire lui offre une jouissance indescriptible. La «petite-mort» devient «grande mort», pour finalement laisser place à la «non-mort».

.

.

Lorsque j’ai produit la blessure, il a frémi, et lorsque j’ai commencé à sucer avec ma bouche, le frémissement est devenu convulsif. J’étais vigoureuse, davantage qu’il ne le supposait, je pouvais conserver cette position avec une facilité absolue, et il l’a bien fallu car, comme le pompage commençait, il a joui. Et il a continué de jouir … Un orgasme qui suit le rythme de sa veine dans ma bouche, un apogée qui continue sans cesse, longtemps après que les fluides ont été épuisés, tandis que dure un autre fluide, encore et encore jusqu’à ce que je cesse de boire, ou jusqu’à ce que lui s’évanouisse. C’est là tout le mystère. C’est là ce qui tue. [2]

.


.

[1] Jean Marigny

[2] Tanith Lee, Sabella ou la pierre de sang, Opta, 1981

Voir aussi :

Publicités

30 janvier 2010 - Posted by | citations, mythes | ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :