Occidere's Blog

Bagaude, Bagauder, Bagaudie

Inutile de rechercher le verbe Bagauder dans le dictionnaire : il n’existe plus. De même pour les mots Bagaudes et Bagaudie. Je jujerais pourtant l’avoir vu dans le dictionnaire CNTRL il y a moins de cela, avec pour signification « errer sans but ».

Un bagaude est un paysan devenu bandit, révolté suite à la misère engendrée par l’administration romaine. Les bagaudes se regroupaient entre eux pour piller et semer la terreur.

Le terme serait issu ? du celtique Bagad, troupe de combattants, paysans, devenus bandits de grand chemin suite au climat économique et social désastreux.

Ce qui est sûr est qu’il s’agit d’un mouvement de paysans rebelles dont l’origine se situe en Gaule et en Hispanie sous l’administration impériale, à partir de 284. Il y eut une deuxième révolte bagaude au IVè siècle lors des invasions germaniques. Puis une dernière au Vè siècle.

D’après Juan Carlos Sánchez León & Jacques Annequin leur but était de se libérer de l’oppression de l’état et de mener une résistance armée contre la société romaine, mais sans revendication sociale, politique ou économique précise. Le statut des bagaudes était variable : hommes libres, semi-libres, esclaves fugitifs, petits propriétaires, ouvriers agricoles ruinés, brigands, déserteurs, colons.
Symptome et cause du déclin du pouvoir romain en Gaule, les révoltes bagaudes contribuèrent à désorganiser l’appareil économique, politique, administratif et militaire romain, en favorisant une situation d’insécurité généralisée.

Eugène Sue, dans Les mystères du peuple, nous raconte la Bagaudie (extraits) :

  • « de rares voyageurs, qui parfois pénètrent jusqu’au fond de notre vieille Armorique, nous ont dit qu’il y avait eu dans les autres provinces de grands soulèvements populaires sous le nom de Bagaudies ».
  • «  je dis, moi, que les Bretons et les Bagaudes sont et seront les derniers Gaulois… Si je n’étais Breton, je voudrais courir la Bagaudie contre les Franks et les évêques »
  • « festoyer le jour, bagauder la nuit »

Dans le Tome 4, il nous donne un extrait de Histoire de la Gaule sous l’administration romaine, de M. Amédée Thierry (t.II, p. 474) :

« Pressurés par les propriétaires que pressuraient à leur tour les agents du fisc, les paysans (gaulois) avaient quitté par troupes leurs chaumières pour mendier un pain qu’on ne pouvait pas leur donner. Rebutés partout et chassés par les milices des villes, ils se faisaient bandits ou Bagaudes, mot gaulois équivalant au premier ; ils allaient en Bagaudie, suivant l’expression consacrée. On vit dans des cantons entiers les colons se réunir, tuer et manger leur bétail, et, montés sur leurs chevaux de labour, armés de leurs instruments de culture, fondre sur les campagnes comme une tempête. Rien n’échappait à ces bandes affamées qui laissaient, après leur passage, stérile et nue, la terre que leurs sueurs devaient féconder. Les champs ravagés, ils passèrent aux villes, dont une populace, amie du pillage et non moins misérable, leur ouvrait souvent les portes. Cette misère était si générale en Gaule, il y avait là tant d’habitudes de désordre, tant d’instincts violents, qu’en peu de mois les Bagaudes formèrent une armée qui s’organisa et conféra à ses deux principaux chefs les titres de César et d’Auguste. Ces singuliers Césars, qui avaient pour peuple des voleurs, pour empire la terre qu’ils dévastaient, pour pallium des haillons, et pour palais les forêts et la voûte du ciel, se nommaient Ælian et Amand. Ils ne résistèrent pas à l’orgueil de se faire frapper des médailles dont quelques-unes nous sont restées. L’une d’elles présente la tête radiée d’Amandus, empereur, César, Auguste, pieux et heureux, avec ce mot au revers : Espérance ».

«Ælius et Amandus (Aelian et Amand) concentrèrent leurs forces aux environs de Paris, un peu au-dessus du confluent de la Seine avec la Marne. Ils avaient là, pour place d’armes, un château d’un abord presque inaccessible et qui, suivant la tradition, avait été bâti et fortifié par Jules César. De ce point ils lançaient leurs bandes non seulement sur les campagnes, mais encore sur les villes les plus populeuses ; c’est ainsi qu’ils se jetèrent sur Autun. Après leur apparition il ne resta de celle belle cité, l’un des centres de la civilisation romaine, qu’un monceau de ruines. L’insurrection gauloise devint si grave que le nouveau chef de l’empire crut nécessaire d’envoyer dans la Gaule son collègue Maximien. Celui-ci n’avait point le génie politique de Dioclétien, mais c’était un brave soldat et un général habile ; il vint facilement à bout des troupes indisciplinées d’Ælianus et d’Amandus. Il les força enfin dans leur château qu’il détruisit. Ce fut en cet endroit que s’éleva plus tard l’Abbaye de Saint-Maur des Fossés. Ainsi fut réprimée et vaincue la première Bagaudie. De la seconde Bagaudie date l’affranchissement de la Bretagne ».

« On voit reparaitre les Bagaudes à la fin du régne de Valentinien Ier. Cette fois, ils n’essayent point de se réunir en une grande armée : ils se cachent dans les bois, par petites troupes ; c’est de là qu’ils s’élancent pour chercher le pain qui leur manque, ou pour se venger des magistrats romains, leurs oppresseurs. Valentinien ordonna contre eux d’actives poursuites : on parvint encore à les faire disparaître. Tous ceux qui tombèrent aux mains des soldats impériaux périrent dans les plus affreux supplices. Le peuple devait les honorer plus tard comme des saints et des martyrs ».

« Enfin, il y eut encore une insurrection des Bagaudes au commencement dn cinquième siècle. Ce fut au moment de la grande invasion quand les Alains, les Suèves, les Burgondes et les Vandales, après avoir forcé la barrière du Rhin, se jetèrent sur la Gaule et portèrent la dévastation dans ses plus belles provinces. Cette insurrection de Bagaudes, sur laquelle nous n’avons point de détail, est la dernière dont les documents anciens fassent mention. Il n’y eut, plus tard, dans les campagnes, que des soulèvements partiels qui ne rappellent en rien l’ancienne Bagaudie. Le nom même de Bagaude disparut peu à peu : à la fin du cinquième siècle, on se servait déjà de mots germaniques pour désigner non point seulement les Barbares, mais encore les Gallo-Romains qui, réunis par troupes, pillaient et ravageaient les terres qui avaient appartenu autrefois à l’Empire».

Voir aussi :

Publicités

18 avril 2010 - Posted by | mots | , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :