Occidere's Blog

Le vol du chamane

mise à jour le 02/08/10 – publié le 01/08/10

Le vol magique, les voyages de l’âme, le vol du chamane, sujet passionnant qui désigne le voyage du chamane au cours des rituels des sociétés chamaniques.

Je reprend ici un article de wikipédia que j’avais rédigé il y a quelques temps :

Avertissement : le folklore est très prolixe sur les voyages de l’âme. Les variantes et les techniques sont foisonnantes et il est impossible d’en embrasser l’ensemble des conceptions. Parfois les données sont mêmes contradictoires suivant les points de vue des auteurs. Les points de vue décrits ci-dessous forment un schéma général qui permet d’y voir plus clair et de s’orienter plus facilement lors de la lecture d’ouvrages traitant du chamanisme.

L’âme a la faculté de quitter le corps, chez les gens ordinaires, comme chez le chamane et le héros épique.
Chez les gens ordinaires, elle le quitte à certains moments particuliers : pendant le rêve, l’ivresse et la maladie. Ils ne sont pas contrôlés.
Chez le chamane, le départ de l’âme se voit au cours de la maladie initiatique (absence d’âme), au cours de la furie pendant la séance chamanique (ensauvagement selon Roberte Hamayon), au cours de son voyage dans le monde des esprits (l’extase de Mircea Eliade). Il réalise ici-bas et autant de fois qu’il le désire la « sortie du corps ».

Les voyages de l’âme sont largement attestés dans la culture : littérature, croyances et mythologie, récitation des épopées.
Il existe une similarité entre les récits des extases chamaniques et certains thèmes épiques de la littérature orale : l’aventure héroïque s’apparente au voyage du chamane dans la surnature. Souvent il s’effectue sous la forme et l’apparence d’animaux. Il s’agit de franchir des espaces dont la forme humaine interdit l’accès. Les épopées exirit-bulagat sont ainsi des modèles et le véhicule d’une idéologie où ces voyages et ces métamorphoses sont largement attestés.
Le support concret et naturel des voyages de l’âme est représenté par certains oiseaux, notamment les cygnes qui sont les porteurs d’âmes par excellence : ils rapportent de l’âme pour les enfants et les animaux à naître, témoignant de l’animation et du renouvellement de la vie, conformément à la pratique des grands rituels de printemps et d’automne. Il est d’ailleurs instructif de savoir que l’âme prend l’apparence d’un oiseau, aussi bien chez l’enfant avant l’acquisition de la parole, que chez le vieillard, lors de la perte des dents et l’apparition de la confusion verbale : dans les zones sans parole, en deçà et au-delà, l’âme est dans un état potentiel, elle peut quitter le corps en s’envolant.
L’âme ne reste dans le corps qu’à condition d’y être bien nourrie. Tout affaiblissement augmente la vulnérabilité du corps et devient la proie des esprits dont la stratégie est d’expulser l’âme et de la maintenir à l’écart de celui-c. Nourrir les esprits est donc un acte préventif et protecteur.

D’une façon schématique, le voyage du chamane fait suite à l’accès de furie pendant la séance chamanique. Cette folie est l’ensauvagement qui correspond à l’union avec un esprit. Pour Roberte Hamayon, cet ensauvagement est la condition de la réalisation du voyage et traduit l’éloignement du monde des hommes. Pour Mircea Eliade, l’incorporation et la possession par des esprits sont des phénomènes universellement répandus qui n’appartiennent pas stricto sensu au chamanisme.
À sa suite, le chamane s’effondre, en général en un lieu réservé. Il est inanimé. C’est un état de transe que la médecine qualifiera de cataleptique. Son âme est dans l’au-delà, avec les esprits. L’angoisse règne dans l’assistance : va-t-il revenir ? C’est la période de l’ extase de Mircea Eliade, au cours de laquelle s’effectue les expériences de vol magique, d’ascension au Ciel, ou de descente dans les Enfers. Pour ce dernier, l’extase est la cause de l’incorporation des esprits, et non son résultat. C’est même l’élément spécifique du chamanisme.
De retour, le chamane raconte ce qu’il a vu, ce qu’il a fait. Il peut le mimer également, le chanter, le danser, l’accompagner de cris et d’exclamations. Pour Mircea Eliade, la danse peut faire partie intégrante de l’extase, de même que l’imitation chorégraphique d’un animal. Lorsqu’il répond aux questions de l’assistance, c’est parfois l’esprit qui habite le chamane qui parle. Il s’agit alors d’une transe dramatique.

Le vol magique du chamane est largement tributaire de la cosmologie du monde. Celui-ci est divisé en trois parties : le Ciel, monde des divinités, la Terre, monde des hommes, et les Enfers, monde des ancêtres. Le vol traduit la transcendance du chamane par rapport à la condition humaine, et l’autonomie de son âme. Il traduit également l’intelligence et la compréhension des choses secrètes et des vérités métaphysiques. Parce qu’il est capable de monter et de descendre dans les sphères, les esprits peuvent descendre et s’incorporer au chamane. Mais le vol magique déborde aussi le cadre du chamanisme puisque c’est une idéologie de la magie universelle.
Le vol s’effectue donc vers le haut et vers le bas.
Vers le haut, c’est l’ascension, la montée vers les puissances célestes. Le chamane peut passer par l’orifice de l’étoile polaire, le clou du ciel, ou le nombril du ciel. Le chamane intercède auprès des divinités qui règnent sur le monde animal : il va chercher des âmes. Mais il peut aussi intervenir dans le cadre d’une famine. Ou dans le cadre de la divination.
Vers le bas, c’est la descente dans le royaume des ombres, ou au fond de la mer où se trouve les divinités des animaux marins (cas des esquimaux). Le chamane descend chercher l’âme d’un malade, ou pour voler une âme et la faire naitre dans notre monde. Ou pour chasser des mauvais esprits. Ou pour rétablir un contact spirituel avec la mère des animaux.
Le vol magique s’effectue essentiellement au cours des rituels. Les plus fréquemment cités sont :

  • les rituels d’élection d’un nouveau chamane
  • les rituels de l’animation du tambour, afin que celui-ci soit utilisable
  • les rituels de renouvellement de la vie, printaniers, comme promesse de gibiers et coïncidant souvent avec l’arrivée des oiseaux migrateurs
  • les rituels automnals
  • les rituels de cure chamanique, souvent privés et de guérison

.

Perm

.

Le vol du chamane du monde d’en-bas (dragon) au monde d’en-haut (femmes élanes célestes), d’après une reproduction de Boris Rybakov des plaques en bronze découvertes près de Perm sur les bords de la Kama (Boris Rybakov, «le paganisme des anciens slaves», puf,1994).

Publicités

2 août 2010 - Posted by | images |

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :